Achat Groupé Alimentation

Achat Groupé Alimentation. Le principe de l'achat groupé est simple : plus les acheteurs sont ... groupée", est aujourd'hui un véritable phénomène, en particulier dans le secteur ... un seul impératif : atteindre un nombre minimum d'acheteurs... Comment promouvoir ce genre d'entre aide et avoir plus de groupe d'achat ?

 

Nouveautés

 

************************************************************************************************

Orthez : des producteurs unis sous la bannière Superfermier

Orthez : des producteurs unis sous la bannière Superfermiers Mélanie Laborde (Castel-Sarrazin), Benoît Larenaudie (Amou), Fanny Ferrand (Castétis) (debout), Etienne Druon (Bonnut) et Jean-Louis Lafitau (Casteide-Candau) (assis) représentent les cinq fermes qui ont choisi de s'unir dans l'asso- ciation Superfermiers.

Cinq producteurs autour d'Orthez viennent de s'unir sous la bannière Superfermiers afin de faciliter la vente directe de leurs produits.

Ce ne sont pas des chevaliers partis en croisade contre la malbouffe. Ni des super-héros mais sans aucun doute des hérauts portant le message du terroir et de la bonne chère. De façon tout à fait originale, cinq producteurs fermiers gravitant autour d'Orthez, les Légumes de Menaüt à Bonnut, la Clé des champs à Casteide-Candau, la ferme Lait p'tits Béarnais à Castétis, mais aussi les Landais de la Ferme du vieux bourg à Castel-Sarrazin et l'élevage du Luy à Amou, viennent de s'unir au sein d'une nouvelle association qu'ils ont baptisée avec le sourire "Superfermiers."

"Les statuts viennent d'être déposés en préfecture, mais nous travaillions déjà ensemble depuis plusieurs mois" précise la présidente Fanny Ferrand, de Castétis. L'idée d'un collectif qui miserait sur la vente directe a germé en septembre 2011. Chacun pouvant proposer un produit différent, des légumes de saison aux fromages, en passant par les crèmes glacées, le poulet fermier ou le canard gras.

Comme un drive, avec un local recherché sur Orthez

"Il existe déjà ce genre de regroupement, d'association qui débouche sur une coopérative ou vers un GIE (groupement d'intérêt économique). Mais de notre côté, nous souhaitions développer la vente directe collective et pas forcément sur un unique magasin comme le supermarché Ferm'envie ouvert en novembre à Serres-Castet" souligne Fanny. Leur volonté : "Etre plus accessible aux particuliers et nos autres clients (collectivités, restaurateurs), en leur permettant de remplir leur panier plus facilement, sans être obligés de se déplacer dans chaque ferme."

Le procédé fonctionnera comme un "drive". Concrètement, le consommateur, pourra, à l'orée de septembre, se connecter sur un site internet, choisir ses produits frais en un clic puis le lieu où l'attendront ses achats, dans un délai d'une semaine au commencement. "Pour l'instant, ce sera dans une de nos cinq fermes. Mais on espère aussi disposer à terme d'un local sur Orthez, qui serait ouvert une ou deux demi-journées par semaine, peut-être avec un système de caissettes consignées" expliquent les fermiers. De premiers contacts ont d'ailleurs été pris avec Eurolacq pour une place à la pépinière d'entreprises d'Orthez-Biron.

"Et ce ne sera pas plus cher pour le grand public" assurent les éleveurs. A Noël dernier, pas encore sous l'égide de "Superfermiers", ils avaient effectué un test grandeur nature en proposant des colis des fêtes. Ils avaient reçu plus de 60 commandes, ce qui avait aussi permis d'ajuster les difficultés logistiques.

Créer un nouveau circuit de distribution

Avec cette action, les cinq producteurs espèrent aujourd'hui créer "un vrai nouveau circuit de distribution", en proposant des produits "de qualité." Et ainsi "essayer de contrebalancer le monopole des supermarchés qui essaient de récupérer l'image du terroir. Mais il ne faut pas s'y tromper, c'est surtout pour écouler le reste de leurs produits" dénonce Jean-Louis Lafitau de Casteide-Candau.

Parallèlement, il apparaît sûr également que les derniers scandales qui ont éclaté dans le secteur agro-alimentaire n'ont fait que renforcer la conviction de ces fermiers qu'ils étaient dans le vrai. "C'est une question de confiance entre producteurs et consommateurs. Nous, si ce n'est pas bon, on a la sanction immédiate. Il faut que l'on soit irréprochable." D'ailleurs, les consciences semblent se réveiller. Et certains, autres ardents défenseurs du terroir, l'ont déjà bien compris, à l'instar des deux parrains de la nouvelle association, les talentueux chefs David Ducassou et Yves Camdeborde.

************************************************************************************************

Les producteurs fermiers ouvrent leur drive,Acheter des produits fermiers du département en quelques clics… Voici la promesse de Drive Fermier, qui arrive en Seine-et-Marne.

Fotolia_70135109_Subscription_XL.jpg

Comme à la ferme ! A partir du 1er avril, les Seine-et-Marnais et Franciliens pourront commander leurs produits fermiers sur le site du Drive fermier. Une première dans la région.

Le principe se veut simple. Sur le site www.drive-fermier.fr/seine-et-marne, les consommateurs passent leurs commandes de produits mis en ligne directement par les producteurs du département. Quelques jours plus tard, ils récupèrent leurs commandes dans un point de retrait et peuvent rencontrer les producteurs qui sont présents. “Ce drive qui s’inscrit dans la notion de proximité est favorable à une alimentation de qualité, argumente-t-on à la Chambre d’agriculture de Seine-et-Marne. Les consommateurs vont pouvoir facilement acheter des produits fermiers et locaux. L’échange direct entre les consommateurs et les producteurs sur le point de retrait demeure une valeur forte du Drive fermier”.

Au total, 21 producteurs fermiers participent à l’aventure, proposant un catalogue de 350 produits, allant des fruits et légumes aux plats cuisinés en passant par la viande, des produits laitiers, de la bière…

Chaque semaine, les producteurs mettront à jour leurs produits et les stocks sur le site internet. Du vendredi au mercredi 10h, les consommateurs pourront faire leur sélection de produits seine-et-marnais et régler leur commande sur le site sécurisé.

Les producteurs préparent ensuite leurs commandes et livrent le point de retrait, en l’occurrence le rond-point de l’Europe à Melun où les clients pourront récupérer leur commande chaque vendredi entre 15h et 19h.

Toucher une nouvelle clientèle

“De nombreux consommateurs semblent vouloir retrouver le goût du terroir et consommer des productions locales et c’est un juste retour des choses, estime Thierry Bontour, le président de la Chambre d’agriculture de Seine-et-Marne. Les modes de commercialisation s’adaptent aux consommateurs qui n’ont pas toujours le temps d’aller s’approvisionner dans les fermes. Le Drive fermier offre de nouvelles opportunités de commercialisation. Son avantage, c’est que ce sont les producteurs qui sont propriétaires de leur outil. Ils commercialisent leurs produits et reçoivent le consommateur le jour du retrait et assurent la traçabilité de la ferme au Drive. Il n’y a pas d’intermédiaires. De plus, dans un système économique perturbé, les coûts de fonctionnement du Drive sont réduits au maximum et fixés avec les producteurs pour garantir des prix équitables pour les consommateurs et les producteurs”.

Même enthousiasme du côté de Bénédicte Fournier, productrice de la ferme familiale La Cueillette de Voisenon et présidente de l’association Drive fermier Seine-et-Marne : “Nous avons des boutiques dans nos fermes, mais le Drive fermier nous permettra de nous faire connaître en dehors de nos territoires habituels. C’est également le moyen de toucher une nouvelle clientèle qui n’a pas forcément le temps de se déplacer dans nos fermes pour acheter nos produits”.

************************************************************************************************

Le Petit Marché d’Auvergne

Envie de manger plus sain, veiller à consommer des produits locaux, connaître l’origine et la façon dont les aliments que vous achetez sont fabriqués, trouver le juste prix afin de préserver votre pouvoir d’achat… Nombreuses sont les raisons qui nous poussent aujourd’hui, à chercher de nouvelles façons de consommer.En Auvergne, comme partout en France, beaucoup d’agriculteurs sont conscients et désireux de produire une agriculture durable, de taille humaine, respectueuse de l’environnement et des générations futures.Ils sont aussi et surtout, les gardiens de ces savoir-faire ancestraux avec un amour des traditions fièrement transmises. Pour cela Le Petit Marché d’Auvergne arrive chez vous avec un tout nouveau concept de distribution en filière courte en direct du producteur au consommateur pour garantir des produits français, authentiques et naturels à traçabilité garantie. De qualité Bio, labellisés A.O.P, Zone Montagne ou encore Produit Fermier, ils sont tous preuves d’un engagement vivre mieux et consommer autrement ! Une fois par mois, nous vous proposons, des plateaux de fromages AOP Cantal au lait cru, des colis de viande de veau (broutard) ou de bœuf fermier de pure race Aubrac ainsi que de la charcuterie à l’ancienne et de viande au label porc fermier, arrivant des fermes du Cantal pour garantir des produits authentiques et naturels.

http://www.lepetitmarchedauvergne.fr/

**********************************************************************************************************

Les sites d'achats groupés font un malheur sur internet.

Voici quelques exemples :

Les AMAP - Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne - sont destinées à favoriser l'agriculture paysanne et biologique qui a du mal à subsister face à l'agro-industrie.

Le principe est de créer un lien direct entre paysans et consommateurs, qui s'engagent à acheter la production de celui-ci à un prix équitable et en payant par avance. plus d'infos :

http://www.reseau-amap.org/

Quelques exemples :

Patrick Lelouvier Elevage porcin avec transformation en charcuterie à la ferme. Productions de la ferme : saucissons, rillettes, boudin, pâtés, viande de porc Adresse : La Bretonnerie 45250 OUZOUER SUR TREZEE Tel travail : 02 38 31 93 60 -  Vente à la ferme  :  Ouverture : Toute l'année sauf janvier, tous les jours de 16h à 19h.

AMAPP du Gatinais : « Les jardins de Mocquepoix », Le petit Mocquepoix  45700 Cortrat - Chaque vendredi  : de 17h30 à 19h30

Le but de l’Amapp n’est pas de vous offrir des produits bio, savoureux, de saison, frais, sains et variés... Non, cela en est la conséquence ! L’objet premier de notre association, c’est de soutenir, maintenir les producteurs-paysans locaux.Comment ? Les consommateurs s’engagent à pré-financer une part de la production et à venir la chercher lors des distributions. Et participent aux aléas auxquels sont soumis les producteurs, notamment en acceptant le retard de certaines livraisons. De leur côté, les agriculteurs (soigneusement choisis) informent les consommateurs sur leurs techniques de production, respectueuses de l’environnement ; ils partagent avec eux leur expérience. Le prix de vente de leurs produits sont équitables, pour eux comme pour les consommateurs. En rapprochant consommateurs et producteurs, l’amapp a pour but de maintenir (et même d’inciter à l’installation) les exploitations locales pratiquant une agriculture durable. Elle contribue au développement d’une économie solidaire entre ville et campagne.  http://gatinais.amapp.fr/spip.php?rubrique1

La Coopération Agricole - Produisons l'Avenir. accueil; Qu'est ce qu'une coop ? 

L’entreprise coopérative agricole est une organisation économique d’agriculteurs qui ont décidé de mutualiser les moyens de production, de transformation et de commercialisation de leurs produits agricoles. Associés (donc porteurs de capital social) et fournisseurs de leur entreprise, les agriculteurs la gèrent démocratiquement selon le principe « un homme, une voix ».
Pour la part non distribuée, Les bénéfices réalisés sont affectés à des « réserves » dont le caractère impartageable sert leur projet collectif sur le long terme.  
http://www.coopdefrance.coop/fr/index.html 

*************************************************************************************************** 

CHEZ LE PRODUCTEUR, À LA FERME OU AU DOMAINE
DE CÔTE D'OR, NIÈVRE, SAÔNE-ET-LOIRE OU YONNE  http://www.biobourgogne-association.org/chez-le-producteur-a-la-ferme-ou-au-domaine_m1.php

De la bonne viande de porc de notre ferme en Sarthe, naturel et sans conservateurs.

http://www.porc-de-la-ferme-sarthe.com/

http://www.bienvenue-a-la-ferme.com/pays-de-la-loire/ferme-ferme-de-coubrier-193268/contact_plan_acces

Consommateurs,
Vous cherchez des produits frais, proche de chez vous, ce site vous apportera la possibilité de trouver des producteurs fermiers qui font de la vente directe aux particuliers en vente à la ferme, en colis de viande, panier de légumes ou de fruits, panier bio, panier paysan, fromage, produit laitier, produit fermier ou paysan. Site idéal pour les locavores (made in france). C'est une alliance local entre producteurs et consom'acteurs. http://www.delafermealassiette.com/
 
Autre Site :

Mise en relation directe entre

Producteurs/Acteurs Circuits Courts

ET LES  Consommateurs.

Trouvez ici les Circuits Courts de votre Région.

En achetant des produits locaux, nous savons d'où vient ce que nous mangeons, et nous connaissons les producteurs. Petit à petit se développe une relation de confiance réciproque entre ces producteurs et les consommateurs. Ensemble, nous faisons un geste pour la planète, le climat, mais aussi pour l'économie locale.  Magasins de Producteurs-Cueillette -Paniers Fermiers -Direct Producteurs-Amaps-Marchés bio...      http://www.consommer-local.fr/index.php

*************************************************************************************************** 

acheteralasource a référencé la majorité des producteurs et cultivateurs français afin de vous faire profiter des produits de meilleure qualité et de favoriser la vente directe du producteur au consommateur.   http://www.acheteralasource.com/

Le site AVENIR-BIO poursuit sa route sur le chemin du consommer différemment et rencontre un public toujours aussi nombreux. Chaque mois depuis 2013 le stade des 20000 visites est atteint. Nous en remercions tous les internautes. Nous espérons que vous aurez été pleinement satisfaits et que vous avez trouvé les informations recherchées. Le site s'enrichit tout au long de l'année de plus d'AMAP et continuera à chercher des solutions pour répondre à votre désir d'une meilleure qualité de vie.   http://www.avenir-bio.fr/index.php

Ferme aux fromages -   Nicole Amarger  -  Nicole et André vous souhaitent la bienvenue en Margeride. La ferme aux fromages est installée dans le petit hameau de Charmensac.Elle est située à 1 km de la sortie 31 de l'A75, facile d'accès avec grand parking.

Ferme laitière avec production de fromage de pays et spécialités maison.  Productions de la ferme : Bovins lait . Engraissement de porcs.  Pour en savoir plus, visitez le site de la ferme : www.lafermeauxfromages.com                Site  generaliste:    http://www.bienvenue-a-la-ferme.com/

D'autres adresses internet :

pour valoriser la bio en Bourgogne, ses produits et acteurs, ce site VOUS PROPOSE* :

http://biobourgogne-association.org/index.php

Consommateurs,
Vous cherchez des produits frais, proche de chez vous, ce site vous apportera la possibilité de trouver des producteurs fermiers qui font de la vente directe aux particuliers en vente à la ferme, en colis de viande, panier de légumes ou de fruits, panier bio, panier paysan, fromage, produit laitier, produit fermier ou paysan. Site idéal pour les locavores (made in france). C'est une alliance local entre producteurs et consom'acteurs.
 
D'autres sites :
 
 
 
 

***************************************************************************************************

DECOUVREZ LA MARQUE PARC

  Les parcs naturels régionaux ont la possibilité de signer les produits, services ou savoirs-faire d’un logo propriété du Ministère de l’environnement et du Développement Durable. Ce logo indique que les produits services ou savoirs-faires concernés sont issus d’activités respectant les trois valeurs des Parc naturel régionaux : environnement préservé, dimension humaine, et territoire vivant, par une approche globale des entreprises signataires.

A chaque produit, service ou savoir faire correspond une charte qui est élaborée par une équipe de travail constituée de professionnel, de techniciens compétents, et qui est instruite par un technicien du Parc naturel régional du Morvan.
Les chartes proposent un engagement des professionnels à respecter les valeurs de la Marque parc. Elles sont l’objet d’un plan de contrôle qui permet la vérification du respect de ces caractéristiques techniques.

QUELS SONT LES PRODUITS MARQUE PARC ?

A ce jour, dix produits peuvent bénéficier de la marque "Produit du Parc naturel régional du Morvan" sur le territoire du Parc : miel, bovin, ovin, volaille, fromage et produit laitier, escargot, lait de jument, jus de pomme, vin de Vézelay, fruits frais et transformés. 

http://www.parcdumorvan.org/fr/Territoires_ruraux/Agriculture/Les_produits__Marque_Parc_.php?rub=03&srub=30&ssrub=01&sssrub=&lg=fr

************************************************************************************************************* 

Alimentation : ces poulets qui donnent la chair de poule 

Le poulet est aujourd'hui l'une des viandes préférée des Français, pour une raison simple : c'est la moins chère. Même si on trouve sur les étals des bouchers ou des grandes surfaces des poulets Label Rouge ou bio, vendus en moyenne autour de 7 euros le kilo, l'immense majorité des volailles consommées en France est commercialisée autour de 3 euros le kilo.

 Quid de notre santé ? 

Pour arriver à des prix aussi bas, l'élevage intensif du poulet a beaucoup évolué ces dernières années. Les associations de défense des animaux tirent fréquemment la sonnette d'alarme pour sensibiliser sur le mal-être des poules mais qu'en est-il de notre santé ? Les journalistes Yann Candelier et Dominique Mesmin ont enquêté pour l'émission Capital diffusée dimanche 6 avril sur M6. Après un travail de plusieurs mois, ils ont fait des découvertes surprenantes qui pourraient un jour tourner au scandale sanitaire. Que mange-t-on vraiment ? Quels sont les effets sur notre santé ? Pourquoi les Américains, gros mangeurs de poulets industriels commencent à s'inquiéter ? Que faire pour éviter ça ? 

Première caractéristique du poulet d'élevage industriel peu cher : il grandit plus vite que la normale, au moyen de manipulations génétiques. 

Naissance du 'poulet à croissance rapide' 

Après la Seconde Guerre mondiale, alors que la France cherche à rendre son agriculture plus productive, l'Etat français crée l'INRA, (Institut National de la Recherche agronomique) qui invente le poulet 'vedette' ou 'poulet à croissance rapide'. 

Des poulets transformés 

Riche en viande, cette poule a la particularité d'être quatre fois plus grosse qu'une pondeuse ordinaire, en 50 jours de vie. Aujourd'hui, dans les laboratoires de l'INRA, on cherche encore à le modifier : pour que la couleur de sa viande soit plus attrayante, que sa texture soit plus fondante, ou qu'il soit moins cher à nourrir. Pour économiser sur le prix de son alimentation, les chercheurs tentent par exemple de lui faire préférer le colza au soja. A priori, ce n'est qu'une question de temps... 

 Dans les élevages industriels, 17 à 22 poulets peuvent être entassés dans 1 seul mètre carré. Les bâtiments des plus gros éleveurs peuvent contenir plusieurs dizaines de milliers de poulets d'une durée de vie d'un peu plus d'un mois. Ces volailles ne voient jamais la lumière du jour. Sans espace ni effort à faire pour se nourrir, elles ne dépensent aucune calorie, et grossissent donc plus vite. Tout est millimétré. En 40 jours, le poulet doit peser 2,5 kg. Evidemment, question bien-être des volailles, cela fait froid dans le dos. Et question hygiène et propagation des bactéries, c'est aussi problématique...

 Ces conditions d'élevage qui favorisent une promiscuité extrême des volailles ont un gros inconvénient : les bactéries. Elles s'y développent déjà plus qu'ailleurs car la litière est sale plus rapidement mais en plus, elles se propagent à vitesse grand V. C'est le cauchemar des éleveurs. Du coup, ils n'hésitent pas à traiter l'ensemble de leurs poules même si une seule présente des symptômes. Par prévention. 

Un éleveur témoigne des dérives 

Sous couvert d'anonymat, un éleveur a confié aux équipes de Capital être obligé d'administrer de grosses doses d'antibiotiques à ses poulets pour éviter les pertes : 'on peut avoir de la mortalité jusqu'à 100 150 par jours, dans ce cas-là, c'est le bénéfice qui part', se justifie-t-il. En consultant son registre, il prend l'exemple d'un lot de poussins, qu'il a traités au quatrième jour de leur arrivée parce qu'il y a avait de la « mortalité », puis dix jours après pour des diarrhées... Au total, ses poulets auront reçu quatre antibiotiques différents pendant une durée de 17 jours sur leurs 41 jours de vie. 'On a même déjà vu des lots pires que ça où ils sont quasiment tous les jours aux antibios', confie l'homme, éleveur depuis une dizaine d'années. A force d'arroser les élevages français d'antibiotiques, les bactéries développent des résistances, ce qui peut avoir des conséquences sur la santé humaine. 

Un 'problème alarmant' 

A Paris, l'hôpital Bichat est spécialisé dans le traitement des personnes atteintes par des bactéries résistantes aux antibiotiques. Le constat est alarmant : 'nous avons en permanence, sur un service de 20 lits, 1, 2 ou 3 patients infectés par ces bactéries résistantes, chose que nous ne voyions pas il y a un certain nombre d'années', témoigne Michel Wolff, responsable du service. 'Le problème alarmant, c'est qu'on commence à avoir des bactéries résistantes à ce qui sont quasiment les derniers antibiotiques que nous avons, et dans ce cas-là, on n'a plus rien. Le risque est là et c'est quand même un risque majeur', avertit ce professeur reconnu. La France n'est bien sûr pas un cas isolé en la matière. Selon une récente étude, on estime que 1.500 personnes seraient déjà mortes en Europe cause d'une bactérie résistante transmise lors de la consommation de poulet. 

Plus de 2 millions d'Américains touchés par des bactéries résistantes 

Aux Etats-Unis aussi, les antibiotiques dans la chaîne alimentaire sont source de préoccupation. L'organisme de santé américain, le CDC (Center for Diseases Control) estime que plus de 2 millions d'Américains sont touchés chaque année par une pathologie due à une infection résistante aux antibiotiques. 23.000 en meurent, c'est autant que le nombre de victimes par armes à feu outre-Atlantique. En France, un plan visant à réduire de 25% en 5 ans la distribution des antibiotiques en élevages vient d'être mis en place. Concrètement, lorsqu'on achète du poulet premier prix en grande surface, il y a des risques pour que cette volaille possède une bactérie résistante. Une récente enquête menée par UFC Que Choisir a révélé que 26% des poulets vendus possédaient la bactérie E.coli, en faible quantité certes, mais tout de même.

 Des bactéries transmissibles à l'homme

Or, ces bactéries sont transmissibles aux humains lorsqu'on manipule le poulet cru. Gros mangeurs de poulets, les Américains sont conscients de ce problème et des campagnes de prévention, pour apprendre aux consommateurs à se préserver des bactéries transmises par le poulet cru, ont été diffusées sur les radios et dans des reportages télévisés. En France, rien de tout cela pour le moment. 

Pour adopter de bonnes pratiques lors de la préparation de votre poulet, voici quelques conseils: 

- Lorsque vous rentrez chez vous avec votre poulet, retirez-le de l'emballage et placez-le dans une boite hermétique, surtout si vous voyez du jus dans la barquette 

- Sortez-le du frigo à la dernière minute

 - Ne le passez pas sous l'eau, cela a pour effet de projeter les bactéries éventuelles dans l'ensemble de votre cuisine ! 

- Utilisez des ustensiles différents pour découper votre poulet et tout autre aliment 

- Nettoyez-vous bien les mains après avoir manipulé la viande crue

 - Faites bien cuire votre poulet. Sa température intérieure doit être de 75°C en fin de cuisson, mesurable avec un thermomètre de cuisine 

- Ne conservez pas votre poulet frais plus de deux jours dans le frigo, sinon congelez-le. 

Autre révélation de cette enquête : les nuggets, saucisses, cordons bleus et autres préparations à base de volailles sont parfois truffés de résidus d'os et de cartilage. Pour être vendus au meilleur prix, ces plats préparés sont souvent préparés à base de carcasses cédées pour presque rien aux industriels. Elles passent ensuite dans une machine qui détache mécaniquement les petits morceaux de viande attachés aux os qui sont ensuite broyés. Le problème : ce mode d'extraction mécanique n'est pas assez précis pour éviter une pollution avec des morceaux d'os. Conscientes de ce problème, les autorités sanitaires imposent aux industriels de préciser sur les emballages de plats préparés si la viande a été extraite mécaniquement. Pour éviter tous ces soucis, une seule solution : payer plus cher en privilégiant le poulet bio ou Label Rouge. Mieux vaut consommer moins de poulet et privilégier la qualité. Le bio assure une vraie garantie pour la santé du consommateur comme pour la préservation de l'environnement. Le Label Rouge, en offrant plus d'espace à ses poules, a clairement beaucoup moins de problèmes de maladies et donc moins recours aux antibiotiques que l'élevage intensif.

*************************************************************************************************************

Soutenez celles et ceux qui s'investissent chaque jour pour mettre à jour le site. N'hésitez pas à communiquer ce site auprès de vos amis, de votre entourage, de vos proches sur les réseaux sociaux. Vous aussi faites découvrir le site et encouragez les personnes qui contribuent au dévelopement du site.  

Toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engage en rien l'éditeur de ce site.
Le site ne peut être tenu  responsable du contenu et décline toute responsabilité en cas d'erreur.

K S N  production :  Concepteur et réalisateur  du Site.  
 

DRAGON  GROUPE :  LEADER des sites internet dédié aux hommes . Créateurs de projets et de sites Web. 

Copyright 2013 , tous droits réservés. Les marques mentionnées sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs.  

L'utilisation de ce site implique l'acceptation des Conditions Générales d'Utilisation et des Mentions Légales. 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site