Enfant et l' enseignement

Enfant et l' enseignement. Un enseignement adapté aux besoins de vos enfants.

 

*********************************************************************************************

Enfants dyslexiques : leur écriture peu lisible est due à une surcharge cognitive

La dyslexie est une difficulté d'apprentissage du langage écrit se manifestant par une association des sons et des syllabes écrites et entrainant souvent une écriture désordonnée, difficilement lisible, voire une inhibition. En cela, elle rappelle la dysgraphie, qui désigne un trouble mécanique du mouvement d'écriture. Souvent associés dans leur diagnostic comme dans le traitement des personnes touchées, ils ne vont pourtant pas toujours de pair. Une étude grenobloise du CNRS a ainsi démontré que les enfants dyslexiques n'écrivaient pas plus lentement que les autres, ce qui aurait démontré un trouble moteur, mais ont en réalité besoin de plus de pauses en raison d'une surcharge cognitive pendant le processus.

Les enfants dyslexiques écrivent aussi vite que les autres, mais font plus de pauses

Dix-sept enfants à la fois dyslexiques et dysorthographiques (trouble de l'orthographe souvent associé à la dyslexie) ont écrit avec un stylo traqueur et une tablette graphique des mots dits réguliers (qui s'écrivent comme ils se prononcent, comme "montagne"), irréguliers (qui ne s'écrivent pas comme ils se prononcent, comme "monsieur") ou pseudo-mots (mots inventés, comme "furut"). Les chercheurs remarquent alors que les mots irréguliers et les pseudo-mots sont particulièrement longs à écrire pour les enfants dyslexiques. Pourtant, leur vitesse d'écriture est la même que celle des enfants non dyslexiques. "Ils semblent plus lents parce qu'ils s'arrêtent plus souvent, surtout au milieu des mots", commentent les auteurs, "probablement parce qu'ils ont besoin de plus d'informations sur l'orthographe des mots".

Production du mot "cuvette" par un enfant dyslexique. On voit que le double "t" a posé des problèmes importants à l'enfant. Les tracés en noir correspondent ce que l'enfant a effectivement écrit sur la feuille ; les tracés en gris correspondent aux mouvements en l'air réalisés pendant les pauses relevés par la tablette digitale. Les carrés bleus indiquent les moments où l'enfant a levé son regard pour regarder l'orthographe du mot présenté sur l'écran de l'ordinateur. © Sonia Kandel, GIPSA-Lab (CNRS/Université Grenoble Alpes/Grenoble INP). 

Une surcharge cognitive plus importante pendant le processus d'écriture

"On estime que la dyslexie de développement touche 5 % des enfants scolarisés, ce qui correspond à environ un enfant par classe", explique Jean François Demonet, directeur de recherche de l'unité d'imagerie cérébrale et handicaps neurologiques à l'Inserm, dans une vidéo. Plusieurs explications de la dyslexie sont avancées : troubles phonologiques (difficultés de représentation et de manipulation des sons de la parole) ou visuels (lecture de peu de lettres à la fois et donc ralentie), facteurs génétiques ou encore une mauvaise migration des neurones à leur emplacement final pendant la gestation. Pour parvenir à un résultat similaire, les enfants dyslexiques doivent ainsi produire un effort cognitif bien plus coûteux que les autres, expliquant leur apparente lenteur.

Bien diagnostiquer pour bien traiter

Il découle des travaux du CNRS de Grenoble que l'écriture de mots irréguliers et de pseudo-mots a un fort impact négatif sur le mouvement manuel chez les enfants dyslexiques. Le contrôle de l'orthographe leur devient tellement coûteux qu'il interfère ou inhibe leur geste d'écriture. Ces enfants produisent alors des tracés irréguliers et parfois illisibles. Ils sont alors souvent considérés à tort comme "dysgraphiques", autrement dit présentant un trouble au niveau de la mécanique du mouvement d'écriture. Ce diagnostic erroné a comme conséquence une rééducation inefficace et peut conduire au découragement de l'enfant.

"Les orthophonistes sont les acteurs principaux de la rééducation des troubles du langage écrit", explique le Dr Catherine Billard, chef de l'unité fonctionnelle de rééducation neurologique pédiatrique au CHU de Bicêtre, tandis qu'il faudra plutôt se tourner vers "les psychomotriciens et ergothérapeutes" pour les troubles du graphisme et de l'écriture comme la dysgraphie. "Il ne s'agit pas de réparer les anomalies, mais de promouvoir une réorganisation neuronale et des capacités de l'enfant pour compenser son trouble", conclut le Dr Frank Ramus, chargé de recherche au CNRS.

**********************************************************************************************

bringing-people-together   -   https://bringing-people-together.fr/            Séjour linguistique en France

La SARL Bringing People Together SL Ouest a repris l'activité de l'assocation Bringing People Together, lancée en avril 2009.

L'idée était d'ouvrir les portes des foyers anglophones et permettre ainsi aux Français désireux de perfectionner leur anglais de le faire à moindre coût, en France. Bringing People Together SL Ouest tisse également des liens entre anglophones et francophones, puisque la plupart des stagiaires restent en contact avec leurs familles d'accueil après les séjours. Nos familles d'accueil résident en Bretagne, Limousin, Normandie, Poitou-Aquitaine, et Val de Loire-Centre. Chacune a été interviewée par Bringing People Together SL Ouest et la grande consigne lorsqu'elle accueille un stagiaire est : "on ne parle qu'en anglais !". Afin de garantir la réussite d'un séjour, nous n'acceptons qu'un stagiaire par famille d'accueil... Mais attention, il est primordial que le stagiaire soit lui-même motivé ! Vous trouverez dans la rubrique "Témoignages" quelques exemples d'expériences de séjours en immersion et de commentaires de nos stagiaires ou de leurs parents.

**********************************************************************************************

Hyperactivité: et si c’était une apnée du sommeil?

Votre enfant est agité, a du mal à se concentrer, se met facilement en colère ? Et si vous vous penchiez sur ses nuits ? Du ronflement à l’apnée, les troubles respiratoires obstructifs du sommeil de l’enfant (TROS) peuvent influer sur son comportement. Les explications du Dr Annick Andrieux, pneumopédiatre au Pôle d’Exploration des Apnées du Sommeil à Bordeaux.

Chez l’adulte, les apnées du sommeil entraînent une fatigue dès le réveil, même après une bonne nuit de repos. Mais chez l’enfant, c’est différent. Quand il dort mal à cause de troubles obstructifs du sommeil, il est rarement somnolent la journée. Cela a plutôt des effets sur son comportement : agitation, impulsivité, difficulté à se concentrer…

« Il existe bien sûr des enfants qui ont un véritable Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) qui ont été diagnostiqués, explique le Dr Annick Andrieux. Mais, à côté de cela, nous voyons des enfants qui ont des troubles du comportement qui s’en rapprochent. S’ils ronflent de manière régulière, il faut s’interroger sur la qualité de leur sommeil. »

Les troubles du comportement à surveiller : une hypertonicité, un enfant qui passe sans cesse d’une activité à l’autre, qui ne tolère pas le non, qui a du mal à se concentrer à l’école, ou encore qui se met en colère pour un rien, toujours à fleur de peau.

Du ronflement à l’apnée

Chez l’enfant, on parle de « troubles respiratoires obstructifs du sommeil » qui vont du simple ronflement à l’apnée (interruption totale du flux respiratoire) en passant par une respiration difficile qui gêne l’enfant pendant la nuit (hypopnée). Mais même au stade primaire, celui du ronflement, cela peut altérer le sommeil au point d’entraîner des troubles du comportement.

Entre 2 et 6% des enfants de 2 à 8 ans seraient touchés et certains adolescents aussi. « Cela peut commencer dès les premiers mois mais cela se révèle plutôt vers 18 mois-2 ans. Quelques indices peuvent alerter les parents : un enfant qui respire par la bouche, qui transpire en dormant, qui n’a jamais fait ses nuits, qui fait des rhumes à répétition », indique la spécialiste.

Ce qui gêne la respiration

Comme chez l’adulte, cela touche plus particulièrement les enfants obèses, dont le risque est multiplié par 4 ou 5. Les dépôts graisseux le long du pharynx diminuent le volume du conduit respiratoire. Ensuite, ces troubles peuvent venir de différents types d’obstruction :

Une obstruction nasale, due par exemple à une allergie, des rhinopharyngites répétées ou une hypertrophie des végétations adénoides.

De grosses amygdales.

Un faible tonus ou un problème de motricité de la langue. Avec, la nuit, un risque de d’étalement de la langue vers l’arrière de la gorge pouvant gêner le passage de l’air. Par exemple, certains enfants ont de mauvaises habitudes de succion avec la tétine ou prennent le biberon tard. La langue ne se place pas correctement au moment de la déglutition.

Plus on s’occupe tôt du problème, mieux c’est. « Pour les enfants qui ne respirent que par la bouche, la mâchoire ne grandit pas correctement, remarque le Dr Andrieux. Une fois adultes, ils ont davantage de risque de faire des apnées du sommeil. » 

Chez l’enfant, en plus des troubles du comportement, ces troubles obstructifs peuvent entraîner une diminution de l’appétit avec des répercussions sur la croissance, des difficultés d’apprentissage à l’école et rarement une augmentation de la pression artérielle.

Une prise en charge multi-façettes

Dans chaque grande ville, le mieux est de se rapprocher de centres de compétence qui travaillent en réseau avec différents professionnels de santé. Ils peuvent mettre en place une prise en charge à plusieurs niveaux.

- Le kinésithérapeute

Il propose une rééducation linguale, pour travailler le bon placement de la langue.

-L’orthodontiste

Il aide à rattraper le retard de croissance de la mâchoire par une expansion maxillaire.

-L’ostéopathe

Il agit sur la structure crâno-faciale.

-Le nutritionniste

Dans les cas d’obésite, il propose un programme alimentaire et une activité physique adaptés.

L’ORL

Il juge de la pertinence d’une opération pour enlever les amygdales ou les végétations, en cas d’obstruction nasale.

- Le médecin spécialiste du sommeil de l’enfant

Il assure un suivi régulier et la coordination des différents soins nécessaires à l’enfant dans la durée. Il peut également recommander un traitement par PPC (pression positive continue) une petite machine qui insuffle de l’air par le nez la nuit pour désobstruer les voies aériennes. « Cela permet, dans certains cas difficiles, d’enlever la fatigue de l’enfant en quelques semaines, note le Dr Andrieux. Cela peut être vraiment utile pour les pré-adolescents ou adolescents, fatigués et en décrochage scolaire. L’enfant le garde le temps de la prise en charge, car la rééducation chez le kiné ou l’orthodontiste peut durer plusieurs années. Mais c’est l’assurance d’être tranquille ensuite à l’âge adulte. »

************************************************************************************

Numérique éducatif: la France enfin sur les rails

La France, à la traîne sur le numérique éducatif, se lance enfin vraiment, selon des participants du salon Educatec-Educatice, où se sont retrouvés cette semaine à Paris des industriels, des éditeurs et la communauté éducative.

Ce salon s'est tenu moins de six mois avant la rentrée scolaire 2016, à l'occasion de laquelle entrera en vigueur le plan numérique de François Hollande, qui prévoit de doter en trois ans les élèves de cinquième d'équipements individuels mobiles type tablettes ou ordinateurs portables, cofinancés avec les départements.

"Depuis une dizaine d'années je regarde les plans s'empiler. On voit une convergence aujourd'hui, je crois que ça va enfin arriver", estime Hélène Marchi, directrice de l'éducation du groupe Intel. Elle évoque l'implication des éditeurs, du ministère, des enseignants davantage formés, du matériel distribué et une ambition politique. "On voit enfin sur le terrain autre chose que des pilotes, des vrais déploiements."

"Depuis le temps qu'on lance le plan numérique...", abonde la directrice d'Educatec-Educatice, Ghislaine de Chambine, estimant qu'il y a maintenant "une vraie volonté politique". Selon elle, la présence pour la première fois de Google Education au salon "prouve que la France est vraiment mûre".

Le géant américain a fait des démonstrations de ses applications éducatives, gratuites et sans publicité, et d'un ordinateur portable dédié, le Chromebook, que son partenaire Business Cloud déploie déjà dans certains établissements français.

Le tour des allées "a été l'occasion de constater" que "le plan numérique dans l'éducation est bel et bien en marche", s'est réjouie la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem. "Il y a une évolution majeure qui se déroule sous nos yeux" et qui "va permettre j'espère à notre pays de rattraper un certain retard et même de gagner du temps" sur l'e-éducation.

- De plus en plus de gens qui se lancent -

"Le numérique pour le numérique, ça ne fait pas progresser les élèves", ce qui compte, "c'est le numérique avec des enseignants qui savent comment l'utiliser et le doser", a-t-elle souligné, mettant en avant la possibilité de faire de la "différenciation pédagogique". L'enseignant peut donner "des exercices différents aux élèves en fonction du niveau qu'ils ont atteint". Et un élève "face à sa tablette ou son ordinateur ne craint pas l'erreur de la même façon que quand il doit répondre en classe à l'oral devant tout le monde. Comme le statut de l'erreur change, il n'hésite pas à recommencer jusqu'à trouver la bonne réponse".

"On a la chance d'être dans un pays dans lequel on a des industriels, des start-up de l'e-éducation, qui sont assez engagés, assez créatifs", a salué la ministre.

Le plan numérique représente "une chance pour les industriels de structurer et développer cette filière", selon Hervé Borredon, président de l'Afinef, association qui regroupe 80 entreprises de l'e-éducation. "Il manquait un passage de la recherche et développement à un déploiement massif. On pense que cette dynamique de plan peut le déclencher."

Pour Sébastien Brulé, dirigeant de Promethean (solutions d'apprentissage interactives et tactiles), "dans le monde industriel, on n'investit pas des millions pour les six mois à venir, on a besoin de visibilité".

Stéphanie de Vanssay, spécialiste des nouvelles technologies au syndicat d'enseignants SE-Unsa, confirme que "sur le terrain, il y a vraiment des choses qui se passent. On a dépassé le stade des pionniers, on a de plus en plus de gens qui ont envie, qui se lancent. Au niveau du ministère, de la hiérarchie, etc., il y a de vraies impulsions, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y ait plus de blocages".

Elle semble toutefois sceptique sur le plan numérique "avec les tablettes qui arriveront dans les collèges l'année prochaine en masse". "Je crains même que ça soit un frein", dit-elle, évoquant des profs qui n'ont pas demandé à travailler ainsi, "des infrastructures qui ne vont pas forcément suivre".

************************************************************************************

Jeux pour le développement cognitif

La pratique régulière des jeux de réflexion, logique, spatialisation, langage, rapidité etc. participe au développement cognitif de l'enfant. Par ailleurs, le récent rapport de l'Académie des Sciences pour le gouvernement sur l'usage des écrans chez l'enfant indique que l'usage de la tablette numérique, sous contrôle parental, peut être un excellent outil de développement cognitif pour l'enfant.

De plus, le jeu est constamment utilisé dans la rééducation (orthophoniste, psychomotricité), la psychothérapie des enfants en grande difficulté, et la rééducation neuropsychologique pour le déficit d'attention auditif, visuel et la mémoire de travail (Cogmed). Du fait de l'aspect ludique et du plaisir à jouer, le jeu peut aussi devenir un bon moyen de développement intellectuel pour les enfants qui ont des difficultés d'apprentissage liées à un retard de développement intellectuel léger (Indices au WISC 4 situés entre 70 et 90), un TDA/H etc.

Ainsi, plutôt que de refaire à la maison de nombreux exercices de mathématiques que l'enfant ne comprend pas, plutôt que de s'énerver contre lui et ses difficultés d'apprentissage et de créer ainsi un climat familial ou une relation parent-enfant délétère, mieux vaut l'accompagner dans ses leçons et prendre ensuite du temps pour faire des jeux qui vont développer ses compétences intellectuelles pour qu'il puisse ensuite les transférer dans les apprentissages scolaires.

Pour cela, je vous propose des idées de jeux qui pourront aider votre enfant à développer ses compétences cognitives. Il faut envisager ces jeux comme une "remédiation" ou une "(ré)éducation", donc en faire au minimum 5 jours/semaine, et chaque séance de jeu doit durer au minimum 1/2 heure avec seulement 1-2 jeux pour une demi-heure. Bien entendu, il ne faut changer de jeux que si l'enfant a réalisé des progrès notables, sinon cela n'aura servi à rien puisqu'il n'y aura pas progressé...

Idées de jeux oraux, tactiles etc. :

  • Une étude indique qu'un débit langagier très rapide entraîné avant 6 ans développe la mémoire de travail. Comptines, poésies, textes de chansons etc. dits le plus vite possible durant la petite enfance peuvent alors devenir d'excellents entraînements de mémoire de travail. Alors imitons Eminem ou Maître Gims... ;
  • Dessiner les lettres de l'alphabet sur le dos de l'enfant pour qu'il les devine ;

Jeux traditionnels :

  • Mots croisés/fléchés etc. ;
  • Sudoku ;
  • Petits chevaux avec 2 dés, puis 3 dés ou 4 dés dont un de couleur différente pour additionner les 2 ou 3 dés identiques et soustraire le chiffre du dé de couleur différente. But : mémoire de travail, calcul mental.
  • Puissance 4. But : spatialisation, stratégie, attention visuelle.
  • Jeu d'échec : But : spatialisation, stratégie, logique, anticipation, inhibition, attention visuelle.
  • Blokus. But : spatialisation.
  • Othello. But : spatialisation, stratégie, attention visuelle.
  • Awale. But : calcul, anticipation
  • Petit Bac. But : vocabulaire
  • Times Up. But : vocabulaire, mémoire de travail, déduction.
  • Dobble. But : attention visuelle, vitesse de traitement de l'information.
  • Bataille navale. But : spatialisation, logique.
  • Jeu de carte Uno. But : stratégie, rapidité.
  • Jeu de 7 familles. But : mémoire de travail, stratégie.
  • Memory. But : spatialisation, mémoire de travail.
  • Puzzle. But : spatialisation.
  • Labyrinthe. But : Spatialisation.

 Jeux seuls sur tablette Androïd :

  • Swampy 2 (logique visuelle)
  • Garfield pet hospital (vitesse de traitement de l’information, coordination visuo-spatiale)
  • Tilt racing (coordination visuo-spatiale)
  • Fruit Ninja (coordination visuo-spatiale)
  • Angry bird starwars 1 (spatialisation)
  • Angry bird starwars 2 (spatialisation)
  • Puissance 4 (spatialisation, stratégie)
  • Quatre images, un mot (vocabulaire, logique verbale)
  • Casse brique (spatialisation, inhibition, attention visuelle)
  • Tetris (attention visuelle, spatialisation, inhibition)
  • Candy crush saga (spatialisation, anticipation)

 

 Jeux à deux sur tablette Androïd :

  •  Ruzzle (rapidité, langage, attention visuelle, flexibilité cognitive)

 

Jeux PC sur internet :

************************************************************************************ 

L'association Puissance Dys

Béatrice Sauvageot Jean Metellus L'association Puissance Dys a pour vocation d'aider

les dyslexiques, les dysorthographiques, les dysgraphiques et les dyscalculiques à sortir de la spirale de l'échec. Elle élabore des outils pour les enseignants et fournit également
une aide aux parents qui, le plus souvent, vivent un véritable parcours du combattant.
Cette association s'est créée avec la collaboration du docteur Jean Métellus (neurologue, dr en linguistique, écrivain, poète) grâce à la Fondation de France qui a décerné un Prix
à Béatrice Sauvageot et qui lui a prodigué de nombreux conseils. http://www.jeanmetellus.com/

Depuis 1992, l'association mène des actions multiples :

  • Unités de recherches actives depuis 1992 grâce à la collaboration de chercheurs, d'artistes, de pédagogues, de linguistes, de «dys», de familles et amis de «dys», de scientifiques, d'artisans etc.
  • Pratique en cabinet libéral, en institution, à l'hôpital, au sein de mission pour les conseils régionaux et les institutions chargées de programmes de prévention, d'insertion et de réinsertion, au sein d'établissements scolaires publics et privés, à l'université, dans des écoles d'art, d'ingénierie, etc.
  • Art et la science, cerveau et musique: éducation, pédagogies nouvelles et interactives. Interventions dans diverses structures pour montrer comment l'art et la science contribuent à faire évoluer l'apprentissage de tout individu.
  • Formations pour les enseignants.
  • Spectacle «Vive la dyslexie» : une conférence spectacle avec Marianne Pichon (comédienne), Tania Pividori (chanteuse), Béatrice Sauvageot. Un spectacle grand public pour les «dys», leurs familles, les enseignants, les thérapeutes et tous les autres : une découverte d'un monde à part. Une représentation à la fois drôle et tendre, qui pose des questions et donnent beaucoup de clés pour mieux comprendre les bilexiques.
  • Création de CD d'exercices et de DVD pour aider les «dys» à travailler plus vite et dans de meilleures conditions.
  • Exposition «Dyslexies parce que onze c'est trop» par Sophie Cure (graphiste) et Béatrice Sauvageot : la typologie bilexique, des exemples visuels et concrets de ce qui se passe dans le cerveau des «dys», une vision à la fois artistique et scientifique qui permet de réaliser combien les bilexiques sont différents et passionnants.
  • Membres actifs de la lutte contre l'illettrisme: recherches en «laboratoire» comme sur le terrain avec des intervenants très divers : scientifiques aux spécialités différentes, pédagogues, mathématiciens, détectives, contrôleurs aériens, pompiers, thérapeutes, bilexiques rééduqués, philologues, linguistes, traducteurs, poètes, musiciens, danseurs, comédiens et acteurs, réalisateurs, chefs d'orchestre, plasticiens, ostéopathes, professeurs de yoga, de tai chi, d'arts martiaux, sportifs de haut niveau, entraîneurs, etc.
  • Programmes d'élaboration de méthodes pédagogiques pour les apprentissages scolaires en France, en Belgique, en Hongrie, en Grande-Bretagne, en Suisse, au Canada pour les «dys» comme pour les «non dys» ! Un travail de pédagogie basé sur les dernières découvertes neurologiques : neurones miroirs, empathie, mémoires sensorielles et à long terme. Comment, grâce à des outils créés pour les dyslexiques et les dysorthographiques, faire progresser l'ensemble de élèves.
  • Participation à des projets pilotes au sein du Diocèse, de l'Education Nationale, de l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, de conservatoires nationaux en France et en Hollande.
  • Participation à des missions de recherche pour diverses institutions afin d'améliorer les performances d'étudiants et de professionnels en formation pour des concours de haut niveau ou des spécialisations : outils de mémorisation, de logique, de lecture et d'écriture, de concentration, d'attention, de créativité, d'interactivité, de développement personnel, de relations au sein des entreprises, de mise en condition, de gestion du stress, de valorisation par le jeu, la stratégie et le ludique.
  • Programmes de préparation aux examens.
  • L’association permet également de fournir aux parents et aux enseignants textes de lois et aménagements adaptés pour ceux qui utilisent notre méthode.
  •  
  • Béatrice Sauvageot • 5 rue Pierre Chausson 75010 Paris • contact@beatrice-sauvageot.com • 01 40 40 90 37

http://www.beatrice-sauvageot.com/page/association-puissance-dys

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Apprendre l'anglais en plein cœur de l'Allier

 

Un site internet regroupe quelque 330 familles anglaises prêtes à accueillir des jeunes Français. Chloé, 18 ans, a ainsi passé une semaine chez Susan, histoire d'en finir avec son «très mauvais niveau» d'anglais.

 

Plantée au milieu d'un terrain verdoyant de quatre hectares, la maison de Susan Papala accueille le visiteur d'un inévitable panneau «Welcome», au lieu-dit La Chèvre Noire, près de Montoldre, dans l'Allier. Autour d'une tasse de thé, elle fait réviser les bases grammaticales de l'anglais à Chloé, une élève en classe de terminale S, originaire de Clermont-Ferrand qui estime avoir «un très mauvais niveau». La jeune fille de 18 ans a fait le choix d'y séjourner une semaine pendant ses vacances de février pour se «remettre à flot avant de présenter le bac».

 

Au départ, Chloé cherchait une famille en Angleterre «mais je me suis rendu compte que c'était compliqué et cher. Et je ne me sentais pas prête à partir aussi loin pour une période aussi courte ». En fouinant sur Google, la jeune fille est tombée sur le site anglais-enfrance.com qui regroupe 330 familles anglaises prêtes à accueillir des jeunes Français. Pour un forfait d'une semaine avec hébergement et cours compris, il faut compter 500 euros contre 1000 euros minimum en Angleterre, sans compter les transports. «C'était plutôt bon marché. J'en ai parlé à ma mère qui a jugé l'idée intéressante». Le site internet lui a proposé sept familles, elle a choisi les Papala parce qu'ils n'habitent qu'à une heure et quart de chez elle et parce que Susan, son hôtesse est professeur de langues et traductrice de profession.

 

«Triste qu'autant de Français n'aiment pas l'anglais»

 

«Évidemment, l'idéal, c'est l'immersion dans le pays. Mais je suis satisfaite de cette expérience. J'ai l'impression d'être à l'étranger car les habitudes sont différentes. J'entends parler anglais et je ne parle que dans cette langue, même avec le chien. Je regrette de ne pas avoir connu cette formule plus tôt. J'ai repris confiance, j'ai enfin du plaisir à apprendre cette langue », explique la jeune fille qui avait été «très déçue» par un premier séjour en Angleterre, avec sa classe de collège : «nous étions entre Français et la famille n'était pas sympa». Cet été, elle compte bien repartir à l'étranger «mais plus longtemps». Avec son hôtesse, Susan, elle alterne le visionnage de DVD en anglais avec des balades à Vichy et Moulins, toutes proches et des cours de cuisine en anglais, bien sûr : «On a fait des chocolate cakes». Et elle profite des moments de calme pour réviser ses mathématiques et sa biologie, en vue de son prochain bac blanc.

 

Susan a décidé d'accueillir des Français depuis quelques années, avec son mari Mike, un géophysicien, dans cette grande maison qui fait aussi chambres d'hôtes. «C'est une activité complémentaire que je pratique pendant les vacances de la Toussaint, de février ou de Pâques mais plus rarement l'été», raconte-t-elle. «Je trouve triste qu'autant de Français n'aiment pas l'anglais. Avec Chloé, on parle d'actualité, on feuillette des magazines et je lui apprends comment s'exprimer dans la vie quotidienne. C'est tout l'inverse de votre lycée, où on écoute les discours de Churchill et où on commente les œuvres de Shakespeare, en dédaignant l'anglais usuel».

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sites et blogs sur le sujet :

Ce blog a été créé afin de partager des ressources en orthopédagogie et en adaptation scolaire :

http://orthopedagogie.over-blog.com/categorie-12340523.html

Le professeur Phifix propose des fiches d'exercices pour l'école élémentaire à l' usage des instituteurs, professeurs d'école et parents d'élèves:

http://www.professeurphifix.net/lecture/sommaire_lecture.htm

Coupe-Mots : ( http://stephaxad.over-blog.com )- Opposition syllabique en  couleur et sé-pa-ra-tion des syl-la-bes : 

http://stephaxad.over-blog.com/

http://www.dyslogiciel.fr/

La dyslexie et l'apprentissage de l'anglais -  L’apprentissage de l’anglais chez les personnes dyslexiques suscite un vif intérêt chez les parents de ces enfants. Si vous aussi vous posez des questions sur le sujet, le site Internet suivant est très intéressant :

http://www.blogorthophonie.com/chronique-1817

La Framakey orientée « dys » est une compilation de logiciels libres à installer sur une clé USB pour les élèves et les collégiens présentant un trouble spécifique du développement (les troubles « dys » : dysphasies, dyspraxies, dyscalculies, dyslexies-dysorthographies et TDA/H) :

http://framakey.org/Pack/Framakey-Dys

Orthophonie et Logiciels Libres est né de la rencontre d’un orthophoniste R. Samier avec les membres du collectif Giroll (Gironde Logiciels Libres). Cette initiative part de la conviction que les logiciels libres offrent de nombreuses possibilités dans la pratique des orthophonistes (création de matériel, adaptation de logiciels à la thérapeutique orthophonique, développement de projets collaboratifs, etc.).

http://orthophonielibre.wordpress.com/

Ce site est né de la volonté de mettre en place un partenariat efficace entre les enseignants et les orthophonistes dans le but de rendre la scolarité de l’élève dyslexique plus adaptée à son trouble. La langue anglaise est délibérément choisie, étant spécifiquement difficile à acquérir pour les dyslexiques.

http://perso.numericable.fr/anglaisetdyslexie/

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sites internet gratuits et stimulants pour les enfants de 9 à 12 ans

Voici le troisième d’une série d’articles sur des sites internet qui vous permettront de stimuler le langage oral et écrit de vos enfants.

Cette liste cible tout particulièrement les enfants d’âge de 2e et 3e cycle du primaire (9-11 ans):

Pepit

 

 

Ce site offre des activités pour les 4 à 14 ans classés par groupe d’âge et par matières (mathématiques, français et divers).

Didier Accord

 

 

Ce site propose des activités écrites pour travailler les accords de verbes, la formulation des phrases et d’autres habiletés en français. Les activitiés sont séparées en deux niveaux de difficulté.

Click Souris

 

 

 

Ce site offre des histoires interactives intéressantes (niveaux de difficultés variés), des poèmes et des jeux ludiques pour les enfants.

 

Les Champions des Maths

 

 

Ce site regroupe une série d’activités en mathématiques permettant de travailler les opérations (division, addition…), la résolution de problèmes, les mesures et les nombres. Pour les parents québécois, la 4e année du primaire équivaut à CM1 et la 5e à CM2.

Pomme marina

 

 

Ce site offre une foule de jeux colorés et amusants pour les enfants de tous les âges. Toutes les activités sont classées selon le niveau scolaire des enfants.

Pour d'autres idées de sites internet gratuis pour les tout petits, consultez la suite de cet article:
Sites internet stimulants et gratuits pour les enfants de 9 à 12 ans (#2) Si vous avez des découvertes à nous partager, n’hésitez surtout pas…

Amusez vous bien!

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Les outils WordQ et SpeakQ

Vous connaissez peut-être déjà WordQ. Saviez vous que WordQ est maintenant offert en combinaison avec SpeakQ? Voici un tour d'horizon concernant ces deux outils:
 
D'abord, WordQ et SpeakQ sont des outils d'écriture et de lecture pour tous les âges, mais ils sont davantage utilisés à partir du 2e et surtout du 3e cycle du primaire. Ces logiciels sont des outils qui aident à améliorer l'orthographe, la grammaire, la ponctuation et la révision de textes. 

Avec les fonctions de prédiction de mots et de rétroaction vocale de WordQ, ainsi que la fonction de reconnaissance vocale de SpeakQ, les utilisateurs ont accès à des outils leur permettant de faciliter l'expression de leur pensée à l'écrit, tant au niveau de la qualité que de la vitesse. Pour un enfant présentant des difficultés d'apprentissage, des outils en lecture et en écriture, tels que WordQ et SpeakQ, pourraient lui permettre de maximiser son potentiel et favoriser sa confiance en soi et son indépendance face aux apprentissages . 

Selon le concepteur, WordQ+SpeakQ serait le logiciel d'aide à l'écriture et à la lecture le plus utilisé au Québec et au Canada. Il est utilisé dans divers contextes, dont:

·         Difficultés d'écriture et lecture et troubles d'apprentissage (incluant la dyslexie, dysorthographie, etc. );

 ·         Écriture dans une langue seconde (inclus dans le logiciel);

 ·         Outil de révision et d'aide à la correction.

 Pour ce qui est du mode de fonctionnement de ces deux outils, la barre d'outils WordQ+SpeakQ est "flottante" et peut être utilisée partout (traitement de texte, navigateur internet, autres logiciels, etc.) où l'on peut écrire ou sélectionner du texte pour la lecture.

 

Lorsque le bouton est activé, une boîte de prédiction de mots apparaît. Dès qu'une lettre est inscrite, une liste de prédiction de mots s'affiche. Utiliser la prédiction de mots permet de bien se concentrer sur nos idées et arriver à les transmettre par écrit plus facilement.

 


Lorsque le bouton   est activé, alors chaque mot de la boîte de prédiction sera lu à haute voix. Aussi, chaque mot ou phrase écrits seront lus à haute voix de façon à s'assurer qu'ils sont pertinents et bien écrits.


Avec le bouton , l'utilisateur pourra se faire lire tout ce qui est en format texte sur son ordinateur, des phrases écrites à des sites web en passant par des courriels ou des profils Facebook. Cette fonction permet d'avoir accès à la lecture en contournant des difficultés de lecture ou une dyslexie par exemple. 

La fonction SpeakQ permet à l'utilisateur d'écrire ses idées en les dictant à haute voix, Cela demande d'abord à l'utilisateur de procéder à l'entraînerment du logiciel. Ensuite, lors de la dictée, le logiciel traite les mots et les phrases entendus et propose ensuite des possibilités dans la boîte de prédiction de mots. Personnellement, je n'ai pas encore utilisé cette fonction. Si vous l'utilisez ou si vous l'avez déjà expérimenté, faites nous part de vos commentaires. 

Je terminerai en vous disant qu'il n'existe pas de remède miracle pour un enfant présentant des dfficultés en lecture et en écriture. Les outils auxquels l'enfant a accès en classe pour faciliter ses apprentissages ne sont pas infaillibles bien qu'il lui seront très utiles si on lui apprend comment s'en servir efficacement. Il devra apprendre à tapper à l'ordinateur pour augmenter sa rapidité, et surtout continuer de se questionner, de chercher des solutions pour se corriger et d'améliorer ses habiletés en lecture et en écriture pour ne pas se faire jouer des tours par ses outils. 

Si votre enfant éprouve des difficultés en lecture et en écriture et que vous croyez que WordQ-SpeakQ pourrait être utile en classe et/ou à la maison, demande l'avis de l'enseignante, de l'orthopédagogue ou de l'orthophoniste. Parfois le legiciel est disponible dans l'école ce qui peut permettre à votre enfant de l'expérimenter et de l'apprivoiser d'abord avant d'en faire l'achat. 

Bonne découverte!

--------------------------------------------------------------------------------------------

Scolarité des enfants en situation de handicap

Comment s'organise la scolarité des enfants en situation de handicap ?

Les enfants en situation de handicap peuvent poursuivre une scolarité dans un établissement ordinaire ou dans un établissement adapté, quel que soit la nature du handicap, sa gravité et le besoin  de prise en charge médico-sociale.

Depuis la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, la scolarité des enfants en situation de handicap doit s'effectuer prioritairement dans un établissement scolaire ordinaire lorsque cela est rendu possible, compte tenu des besoins de prise en charge médico-sociale des enfants. Il s'agit de l'intégration scolaire qui peut s'effectuer par un temps de présence continu, avec ou sans prise en charge adaptée, ou par des temps d'accueil séquentiels.

Le parcours scolaire des enfants en situation de handicap est organisé par les Maisons départementales pour les personnes handicapées (MDPH), quel que soit la nature du handicap : sensoriel, moteur, psychologique ou mental.

L'équipe pluridisciplinaire élabore le Projet personnalisé de scolarisation (PPS) en s'appuyant sur les souhaits et les aspirations de l'enfant et ses parents. Ce document détermine le mode d'accueil favorable au besoin de prise en charge de l'enfant qui s'effectue prioritairement dans l'établissement de référence de l'enfant, c'est-à-dire l'établissement scolaire dont dépend son domicile. Le PPS inclut également les besoins de prises en charge médicale, paramédicale, psychologique, éducative, pédagogique et sociale.

Pour asseoir son évaluation, l'équipe pluridisciplinaire peut s'aider de l'expertise de l'équipe de suivi de scolarisation rattachée à l'établissement de référence. Celle-ci comporte, en outre, en son sein un enseignant référent, ayant une formation spécifique, chargé du suivi de chaque enfant en situation de handicap.

La Commission pour les droits et l'autonomie des personnes handicapées, une instance de la MDPH, s'appuie sur l'évaluation de l'équipe pluridisciplinaire pour décider de l'orientation de l'enfant. Cette décision s'impose aux établissements qui doivent y répondre en fonction des capacités d'accueil.

Ce sont les enfants qui disposent de l'âge requis pour être admis dans un établissement scolaire, à partir de trois ans. L'accompagnement de la scolarité des enfants en situation de handicap s'effectue aux différents stades de la scolarité : en maternelle, à l'école élémentaire, au lycée, à l'université. Pour les enfants dont le parcours scolaire s'effectue essentiellement dans un établissement adapté, il s'effectue entre les âges de 3 et 21 ans.

Le projet personnalisé de scolarité détermine le parcours scolaire de l'enfant ainsi que les besoins de prise en charge. Il peut s'orienter vers un accueil permanent dans un établissement scolaire ordinaire ou vers un établissement adapté. 

L'intégration scolaire dans un établissement scolaire ordinaire

L'enfant en situation de handicap peut être orienté tout au long de sa scolarité en milieu scolaire ordinaire: à la maternelle, à l'école élémentaire, au collège, au lycée et au-delà. Pour lui permettre un accueil, l'aider dans son accès aux apprentissages, intégrer sa classe, un certain nombre de moyens peuvent être mis en place en fonction de ses besoins.

Une équipe de suivi de scolarisation est dédiée à l'enfant pour suivre son parcours scolaire et déterminer ses besoins. Elle comprend notamment un enseignant référent chargé du suivi de l'enfant tout au long de sa scolarité. En lien avec la MDPH, il détermine avec l'équipe de suivi de scolarisation un projet d'accueil dans l'établissement, reflétant les modalités d'accueil. Il peut s'agir de temps d'accueil dans la classe complété par une prise en charge en établissement médico-social. Pendant ses temps de présence, l'enfant peut bénéficier de la présence d'une auxiliaire de vie scolaire entièrement dédiée à l'accompagnement de l'enfant dans sa scolarité. Elle accompagne l'enfant dans les différents moments de classe et l'aide dans l'accès aux apprentissages et dans sa relation avec les autres enfants. Elle est un véritable soutien pour l'enfant et l'équipe enseignante.

L'intégration en milieu scolaire s'effectue également à travers l'accueil dans des classes spécialisées : les Classes pour l'inclusion scolaire (CLIS) en école élémentaire et les unités localisées pour l'inclusion scolaire (ULIS) au collège ou au lycée. Ces classes permettent aux enfants qui ne sont pas encore entièrement prêts d'intégrer une classe ordinaire et de bénéficier d'un accueil scolaire adapté avec des temps de présence ou d'échange avec les autres classes. Ces classes ne fonctionnent pas exactement comme une classe ordinaire puisqu'elles permettent une prise en charge à la fois pédagogique et éducative. Elles s'adaptent à l'évolution de l'enfant dans l'apprentissage. Elles peuvent constituer une première étape avant le retour ou l'intégration dans une classe ordinaire. Selon leur situation, les enfants issus d'une structure médico-sociale peuvent accéder à ce type de classe.

Pour favoriser cette intégration scolaire et ne pas créer d'interruption de prise en charge médico-sociale, les enfants peuvent bénéficier de soins et de rééducation à l'école, à leur domicile par les Services d'éducation spécialisée et de soins à domicile (SESSAD). Ces structures peuvent également disposer de locaux où s'organisent les soins. Leur prise en charge est globale et comprend à la fois une dimension médicale, paramédicale, psychologiques, éducative et sociale.

La prise en charge dans les structures médico-sociales

Selon ses besoins, l'enfant est accueilli dans une structure médico-sociale, à temps plein ou sur des temps d'accueil déterminé. A son admission, un projet personnalisé est élaboré avec l'enfant et ses parents afin de déterminer les modalités de prise en charge et suivre son évolution. Ses structures permettent un accueil de 6 ans à 21 ans.

Il existe trois types de structures: les Instituts médico-éducatifs (IME), les Instituts médico-professionnels (IMPRO) et les Instituts éducatifs, thérapeutiques et pédagogiques (ITEP), l'accueil étant orienté selon la nature du handicap.

Les IME accueillent des enfants dont l'âge est généralement compris entre six et quatorze ans. Ils assurent un accompagnement global de l'enfant avec une dimension médicale, paramédicale, psychologique, éducative et sociale. Les enfants admis disposent de temps d’enseignement adaptés. Ils peuvent aussi, si leur situation le permet, intégrer des temps d'accueil en milieu scolaire ordinaire. Les IME s’organisent en unités selon l'âge des enfants et des jeunes accueillis. Ils dispensent un enseignement adapté et une initiation au milieu professionnel.

Les ITEP sont des établissements chargés de la prise en charge d'enfants présentant des troubles psychologiques importants entravant l'accès aux apprentissages et la socialisation dans l'environnement habituel. En leur sein, la scolarité y est organisée afin de permettre un accès ou le maintien des apprentissages. Les jeunes, dont la situation et le besoin de prise en charge le permettent, peuvent bénéficier d'un accueil en milieu scolaire ordinaire à temps plein ou par temps d'accueil.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Comment donner envie à vos enfants de faire leurs devoirs ?

Prestige Cours 3 rue Rosa Bonheur 75015 Paris. 01 47 34 35 71. http://www.prestige-cours.fr/

La réussite de votre enfant dépend pour beaucoup de l'acquisition d’une méthode de travail, simple, efficace et adaptée à la matière étudiée. C’est la bonne méthode qui permet de susciter chez l’enfant de l’intérêt pour la matière, d’acquérir l’endurance nécessaire au travail et d’amplifier sa motivation. En ce sens, la bonne méthodologie constitue la clé du succès.

Votre enfant : "La méthodologie"
 
La Méthodologie clé du succès de votre enfant
Pour chaque profil d'élèves, le Centre Prestige Cours propose une solution personnalisée qui prend en compte l’ensemble des paramètres influant sur la réussite de l’enfant. La réussite de votre enfant dépend pour beaucoup de l'acquisition d’une bonne méthode de travail.
Votre enfant peut beaucoup travailler et même s’épuiser, mais avec un rendement faible comparativement à d’autres élèves qui réalisent un rendement optimal avec un investissement personnel plus limité. Non, il ne s’agit pas là de mettre en cause le niveau d’intelligence ou de don de votre enfant, mais de veiller à ce qu'il acquière une méthode simple, efficace et adaptée à la matière étudiée.
Parler de méthode c’est aborder la gestion du temps qui implique les notions d’ordre et de priorité. C’est ensuite évoquer l’élaboration d’activités d’apprentissage qui permettent de discerner entre l’essentiel et le secondaire et de découvrir les tenants et aboutissants de la matière abordée, les objectifs recherchés par le professeur. C’est enfin la capacité de restitution du savoir chez l’élève en vue de sa mise en application dans les exercices. La méthode, en soulageant les efforts de votre enfant, lui permet d’acquérir l’endurance au travail et l’intérêt pour la matière qui aboutit à la motivation. En ce sens, la méthodologie constitue la clé du succès. L’acquisition de la méthodologie demeure l’objectif premier du Centre Prestige cours car c’est sur elle que se bâtit le succès de l’enfant et que se construit son avenir. C’est pour cela que nous offrons parallèlement à notre enseignement des cours de méthodologie qui prennent en compte la personnalité de chaque enfant.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

  Soutenez celles et ceux qui s'investissent chaque jour pour mettre à jour le site. N'hésitez pas à communiquer ce site auprès de vos amis, de votre entourage, de vos proches sur les réseaux sociaux. Vous aussi faites découvrir le site et encouragez les personnes qui contribuent au dévelopement du site. 

 Toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engage en rien l'éditeur de ce site.

Le site ne peut être tenu  responsable du contenu et décline toute responsabilité en cas d'erreur.

K S N  production :  Concepteur et réalisateur  du Site.  

 DRAGON  GROUPE :  LEADER des sites internet dédié aux hommes . Créateurs de projets et de sites Web.

 Copyright 2013 , tous droits réservés. Les marques mentionnées sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs. 

 L'utilisation de ce site implique l'acceptation des Conditions Générales d'Utilisation et des Mentions Légales.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×